AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 On prend la direction du front, les gars. De la guerre. Et dans une sale guerre, où est la meilleure place ?...En dehors de la lune, 'videmment. (alek & jeje)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


SORTS JETÉS : 9
AVATAR : Cole -fuckingsexy- Mohr.
CRÉDITS : silver lungs
BAGUETTE : Taillée dans du bois d'aubépine, aux motifs improbables, aussi improbables que Stain. Avec en son sein un ventricule de cœur de dragon. Mesurant 25.3 centimètres, souple et loyale.

MessageSujet: On prend la direction du front, les gars. De la guerre. Et dans une sale guerre, où est la meilleure place ?...En dehors de la lune, 'videmment. (alek & jeje)   Jeu 26 Déc - 16:25


♪ ♫ ♪
Tongue


La nuit. C'est cette chose dans laquelle on peut se noyer sans que quiconque ne s'en aperçoive. C'est le voile que l'on dépose sur les ruelles, les cimetières et les culs-de-sac pour les rendre plus terrifiants qu'ils ne le sont déjà. Et l'clébard il adore ça. Depuis qu'il est gamin dans les jupes de sa mère. La nuit. Le royaume des ombres, des craquements et des gémissements du vent à la fenêtre. Pourtant, ces raisons qui poussent un enfant de trois ans à mouiller son lit, ne sont en aucun cas celles qui captivent tant le Slughorn. Oh, non. Dérangé, il l'a toujours été, mais jamais au point d'être ravi qu'un bruit non identifié vienne s'installer dans les ténèbres de sa chambre une fois les lumières éteintes. Non. Stain aime la nuit pour cet isolement qu'elle procure et ce silence qu'il trouve apaisant. Ainsi, il peut se retrouver avec soi-même. Faire le tri dans les informations qu'il accumule jour après jour. Son esprit carbure alors à cent à l'heure, machine aux étranges mécanismes et aux rouages huilés à la caféine qu'il ingurgite en quantité monstrueuse. La nuit n'a jamais été faite pour dormir, elle existe pour défier l'obscurité du regard tout en reconstituant ces bouts de phrases brouillons en vrac dans sa boite crânienne. La nuit, dans l'esprit agité du cabot, est un moment sacré qui lui est nécessaire pour ne pas complètement perdre la boule. Mettre ses pensées au clair, classer les images, les souvenirs et les émotions. Bien que cela puisse paraître d'une facilité déconcertante pour certains -de savoir donner une cohérence à ses pensées- Stain y passe la plupart de ses nuits. Et ça depuis peu. Autrefois il n'avait guère besoin de tout ce temps pour remettre ses pendules à l'heure. Ses discours deviennent des plus désorganisés s'il n'y prête pas une attention minutieuse désormais. Un bon psychologue qualifierait son état comme une dérivation de la schizophrénie, Freud parlerait de paraphrénie, mais pour ses proches ce n'est qu'un simple surplus de stress. Et lui, il n'y pense pas. Il ne veut pas y penser. Tu as réfléchi à ce que tu allais dire ? Non. Cette fois-ci ses paroles n'ont pas été mises dans l'ordre au cours d'une nuit blanche. Elles viendront comme elles se seront entassées, lors de cette semaine, sur ce sujet précis. Peut-être que Dmitriev ne comprendra absolument rien à ses phrases confuses et sans connecteurs logiques, avalanches d'informations noyées sous des banalités absurdes qui rencontreront les mauvaises phrases, les mauvais mots, le mauvais sujet. Ce ne serait pas la première fois qu'il déblatère des monologues sans queue ni tête. Il parle seul, je pense qu'à ce stade on peut s'attendre à tout. Mine de rien cela reste une bataille contre lui-même ; quelque chose qu'il se doit de faire. Pour se faire comprendre, pour communiquer convenablement, pour ne pas perdre le fil. Même le pire des chiens se doit de savoir aboyer convenablement. Mais ça ira ce soir. Il y aura Jeremy et Aleksandar, ils ont l'habitude de ces petits moments « d'égarements » que te sont propres, pas d'inquiétudes Stain, tout ira bien. Elle disait vrai cette petite voix, parfois. Ce ne sera point un dîner en l'honneur de tel événement auquel il devra participer en prononçant un discours digne du meilleur locuteur, mais un simple verre entre bons potes. Puis le jeune Fawley s'occupera de rattraper l'coup si jamais il part en vrille. Ouais, ça serait sans doute une bonne initiative de sa part.

Marchant dans les ruelles étroites, Slughorn médite sur la manière d'aborder les choses sans paraître menaçant. C'est Alek, quoi. C'est Aleksandar le sujet. Pas le gamin du quartier auquel tu vas racketter des bonbons. Il faut qu'il fasse le choix de lui-même. Certes, pour Stain il n'y en avait qu'un de possible, mais il devait le faire sans pression. Bon. Avec un peu de pression quand même, histoire de pas y passer la nuit. Amener subtilement la conversation sur ce sujet risque d'être compliqué en dépit du taux d'excitation du brun pour ladite prise de position du russe. Comme le gamin qu'il reste, Stain risque d'avoir du mal à fermer son clapet sans mettre directement Dmitriev au pied du mur. Et ça, il ne le voulait en aucun cas. Le mettre à l'aise avec l'aide de Jeremy, profitant de quelques verres de whisky pur feu, me semble être un bon plan pour l'amener à répondre. « Excellent plan. » l'enseigne pleine de crasse d'un des nombreux pubs de l'allée des embrumes montrait fièrement son grotesque dessin aux yeux de tous. Ce n'est qu'un de ces pubs dégoulinants de poivrots et de traînées, mais tant que la boisson et les serveuse sont bonnes cela reste une bonne adresse pour passer une soirée avec des amis.

En retard ? Peut-être. Dans tous les cas il se presse de passer la porte du lieu miteux, entrant dans la salle principale, claquant au passage le ravissant fessier d'une demoiselle avant d'observer les alentours ; laissant presque échapper un soupir de soulagement en voyant le jeune Fawley assit un peu plus loin, dos à lui. Aleksandar est en retard. Enfin, Stain n'a rien à dire à ce sujet supportant à peine de garder une montre sur lui. L'emprise du temps sur les gens est un véritable fléau hinhin... Il s'avance vers sa cible -poussant quelques personnes sur son passage- avant d'ébouriffer énergiquement la coiffure du second brun « Salut Jeje ! » ses ourlets de chair laissent apparaître un sourire de grand gamin tandis qu'il s'installe en face de son collègue et ami de longue date. « Cette tête de troll d'Alek s'est toujours pas ramenée ? » il ronge ses ongles sous le signe d'une nervosité extrême. Faut qu'il s'exprime bien ce soir, c'est important. Ce qui l’agace le plus dans ces moments précis c'était son entêtement à croire que ses paroles sont logiques et compréhensives alors que c'est faux. Mais, ça, il ne s'en rend compte que bien plus tard, en y repensant.« Ouais, t'as raison. » il soupire d'exaspération envers lui-même et son comportement de pauvre débile et commande rapidement un whisky. Il cause à peine. C'est suspicieux de la part de Stain Slughorn qui, en magnifique grande gueule, l'ouvre toujours plus grande que les autres. Tu verras, tout ira bien, ça va le faire.



[HRP : Pardon, c'pire que nul, mais disons que certaines circonstances font que j'ai manqué de volonté pour recommencer le rp, so pardon  J'vais trouver un titre aussi, promis   ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

On prend la direction du front, les gars. De la guerre. Et dans une sale guerre, où est la meilleure place ?...En dehors de la lune, 'videmment. (alek & jeje)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mario Andresol '' SERPICO'' prend la direction de la DCPJ
» Où sont les membres du Front de Lespwa, reveillez-vous ?
» STANLEY LUCAS, POUR QUI SE PREND IL?
» La droite américaine est beaucoup plus à droite que le Front national.»
» Dreamland ? y'a des gars balèzes ici ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OF LOVE AND WAR. :: LONDRES : CAPITALE MOLDUE ET SORCIÈRE :: KNOCKTURN ALLEY-